_TJ.BiqQuestions.MoreTopics

Quand peut-on parler de masturbation?

Dans les premiers mois suivant leur naissance, certains bébés commencent à manipuler leurs organes génitaux tout comme ils manipulent les autres parties de leur corps. Ils découvrent alors que certaines sensations sont plus réconfortantes, calmantes, voire agréables, que d’autres. Quand pouvons-nous alors parler de masturbation pour un enfant?

Pourquoi l’enfant se masturbe-t-il?

En explorant son corps, l’enfant ne recherche pas nécessairement le plaisir génital, il cherche plutôt à découvrir de nouvelles sensations. La «masturbation» à l’enfance se voit donc très différente de celle pratiquée par les adolescents et les adultes.

Au fil de ses premières années de vie, l’enfant vivra de nombreuses émotions et tensions. Pensons à l’arrivée d’un nouvel enfant dans la famille, une séparation des parents, une entrée à la garderie, un déménagement, etc. Un enfant ne peut pas cerner la source exacte de ses tensions, les comprendre, ni les gérer. Les caresses corporelles ou la masturbation par frottement, serrement des cuisses ou contact direct seront alors des façons de réduire une tension qui les habite. Par exemple, au moment du coucher, un enfant peut frotter ses organes génitaux contre un objet quelconque (toutou, oreiller, matelas) pour diminuer une tension qui l’habite. Pour lui, il s’agit d’un moyen de se calmer. De plus, la masturbation peut lui permettre de découvrir de nouvelles sensations physiques qui lui procurent du plaisir.

Comment réagir?

Lors de ses premières expériences masturbatoires, l’enfant n’a pas nécessairement acquis la notion de pudeur.

  • Expliquer calmement à l’enfant que les touchers qu’il se donne sont intimes, tout en normalisant son besoin.
  • Nommer à l’enfant les endroits et les contextes où il peut le faire. Un parent peut alors proposer à l’enfant de vivre ce moment d’intimité dans sa chambre.

Et moi, comme parent?

Un parent peut vivre une panoplie d’émotions lorsqu’il constate que son enfant est un être sexué. Colère, choc, surprise, tristesse, incompréhension et honte sont là quelques émotions pouvant être vécues. Dans le cas où un parent se sent submergé d’une émotion, il est utile de prendre un temps d’arrêt et de vivre cette émotion en l’absence de l’enfant. Qu’est-ce qui m’amène à me sentir comme ça? Que signifie pour moi ce toucher sexuel? Qu’est-ce que je considère comme adéquat? Inadéquat? Aussi, en discuter avec l’autre parent permet de réfléchir à une intervention jugée respectueuse pour l’enfant. D’autant plus que vous pouvez profiter du moment pour réfléchir au vécu de votre enfant. Comment votre enfant se sent-il ces temps-ci? À quel moment semble-t-il adopter ces comportements? Sont-ils apparus à la suite d’un changement de vie bien précis?

L’observation de son enfant au quotidien permettra parfois au parent de cerner de petits indices sur les possibles sources de tension.

Joindre un intervenant LigneParents
Téléphone : 1 800 361-5085  
Tous les thèmes LigneParents
Administration
© 2019 LigneParents Tous droits réservés.
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance: 136403649RR00001
Continuer la conversation