Stress et anxiété

L'éco anxiété

Qu’est-ce que l’éco anxiété?

L’éco anxiété, qu’on appelle aussi solastalgie, est un état de détresse profonde causée par les changements perçus comme irréversibles de notre environnement. Il s’agit donc une grande inquiétude liée aux enjeux environnementaux actuels.

Qui en souffre?

Les générations Y et Z seraient les plus touchées

Comme cette forme d’anxiété est assez récente, il existe encore peu de données scientifiques pour mesurer l’ampleur du phénomène et peu de statistiques pour connaître le nombre de personnes qui en souffrent. Toutefois, les sondages et les études mentionnent que les générations Y et Z (jeunes de 35 ans et moins) seraient davantage touchées par l’éco anxiété.

Les conséquences des enjeux environnementaux seront plus grandes chez les jeunes

Bien que les personnes plus âgées puissent également être inquiètes par le sort de l’environnement et les impacts sur leur santé ou leur vie, les jeunes sont plus nombreux à se décrire comme éco anxieux, et ce parce que les enjeux environnementaux auront possiblement plus de conséquences sur leur vie et celle de leurs enfants dans le futur.

Les ambitions et les projets d'avenir peuvent être impactés par les enjeux climatiques

Les enjeux climatiques incitent même certains jeunes à remettre en question leurs ambitions et leurs rêves, par exemple: le désir d’avoir des enfants ou d’autres projets d’avenir.

Cette attitude est propre à la période de l’adolescence: ils définissent leurs valeurs, ont besoin de s’affirmer pour les exprimer. Parfois, ils peuvent même voir soit tout en noir, soit tout en blanc... c’est en vieillissant que leurs opinions se solidifieront ou se nuanceront.

Réaction normale VS éco anxiété

Comme toute autre forme d’anxiété, à petite dose, l’éco anxiété peut avoir comme effet de nous faire réagir, de nous mobiliser ou de nous protéger contre les situations dangereuses.

Une anxiété excessive et omniprésente peut toutefois être nocive pour une personne et lui faire vivre une détresse importante.

Il serait donc faux de coller l’étiquette d’éco anxieux à un jeune qui se dit préoccupé par les enjeux environnementaux et ses conséquences. Toutefois, un jeune qui entretient des pensées négatives récurrentes, qui vit une détresse associée à certaines nouvelles climatiques ou qui présente tout autre symptôme d’anxiété en général, en faisant le lien avec ses préoccupations liées aux bouleversements environnementaux, pourrait vivre de l'éco anxiété.

Symptômes de l’éco anxiété

L’éco anxiété n’est pas encore reconnue comme un diagnostic. Toutefois, les personnes qui la vivent décrivent des symptômes bien précis qui sont comparables à toute autre forme d’anxiété. 

  • Attaques de panique, angoisse
  • Humeurs changeantes
  • Pensées obsessives
  • Perte d’appétit
  • Insomnie

Spécifiquement en lien avec l’environnement, cela pourrait se manifester de cette façon :

  • Des peurs chroniques ou excessives par rapport aux catastrophes naturelles
  • L’appréhension d’un désastre environnemental qui crée de la détresse significative
  • Un grand sentiment de désespoir face à l’avenir
  • Le développement de pensées obsessives et récurrentes sur tout ce qui est lié à l’environnement

Cela peut également être accompagné d’une perte de confiance à lutter contre les changements climatiques, d’un grand sentiment d’impuissance, de culpabilité ou de tristesse.

Si l’éco anxiété devient paralysante ou souffrante pour le jeune, il peut être pertinent de consulter un.e professionnel.le de la santé, par exemple, un.e intervenant.e ou un.e psychologue.
 

Conseils pour son jeune préoccupé par les bouleversements climatiques

Doser les informations perturbantes

Les bouleversements climatiques font maintenant partie de notre quotidien dans les médias. Les informations de sources fiables et scientifiques peuvent favoriser l’émergence des prises de conscience face à la gravité de la situation. Par contre, s’alimenter seulement de ce genre de nouvelles ou en consommer même lorsqu’on ressent que cela crée de l’anxiété peut être nuisible pour certaines personnes. Il peut donc être utile d’être attentif.ve à l’effet que ce genre de nouvelles produit sur nous ou sur notre jeune. On peut également inviter notre jeune à se questionner sur l’effet de cette grande charge d’informations sur son moral.

S'engager socialement

Utiliser ses craintes comme un moteur pour agir et s’engager socialement peut aider à transformer l’anxiété en actions concrètes. Cela peut donner au jeune du pouvoir sur la situation, le sentiment d’être utile et de participer à un mouvement collectif. De plus, s’engager socialement dans des mouvements (ex: groupes de sensibilisation, manifestations) permet de se retrouver avec des personnes qui ont les mêmes préoccupations que soi. Les jeunes peuvent donc se réunir, ne pas rester seuls avec leurs inquiétudes, et agir ensemble.

Vivre davantage en accord avec ses valeurs

Au-delà de l’engagement social, les petits gestes du quotidien qui permettent aux jeunes de vivre en accord avec leurs valeurs peuvent être bénéfiques. Par exemple, certains jeunes vont prendre action en faisant du recyclage, du compost, en s’intéressant au mode de vie zéro déchet, en mangeant moins de viande ou tout autre geste qui leur permet d’affirmer leurs valeurs et d’agir concrètement en réponse aux enjeux climatiques.

Apprendre à gérer l'incertitude

Les enjeux climatiques sont si grands qu’ils ne permettent pas de se sentir totalement en contrôle de la situation. C’est bien normal et c’est pour cette raison qu’il faut apprendre à gérer et à tolérer l’incertitude. Cela s’apprend en se centrant sur le moment présent et sur les actions concrètes qui sont possibles de poser, dépendamment de la réalité de chacun. Toutefois, comme dans n’importe quelle autre situation, il est impossible de contrôler l’avenir.

Reconnaître les moments difficiles

Afin de bien cibler les moments où les inquiétudes liées aux bouleversements climatiques prennent le plus de place, on peut tenter d’analyser les signaux que notre corps et notre tête nous envoient. Par exemple, on peut suggérer à notre jeune de repérer les moments où les pensées liées à l’environnement sont plus intenses ou plus présentes. Cela permet de cibler certains éléments ou situations qui ne sont pas aidants, et ainsi les diminuer ou les éliminer. À l’inverse, on peut aussi aider notre jeune à cibler les moments où il se sent bien, par exemple lorsqu’il prend action pour l’environnement.

Joindre un intervenant LigneParents
Téléphone : 1 800 361-5085  
Tous les thèmes LigneParents
Administration
© 2021 LigneParents Tous droits réservés.
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance: 136403649RR00001
Continuer la conversation