Maladies graves

Annoncer une maladie grave

Annoncer une maladie grave

1.    Un bon contexte

D’abord, pensez au contexte de l’annonce. Privilégiez un lieu calme et confortable, où chacun se sent à l’aise et où vous ne serez pas dérangés par le téléphone, la télévision, ou toutes autres distractions. Aussi, assurez-vous d’avoir suffisamment de temps devant vous pour aborder une telle réalité avec votre jeune. L’annonce de la maladie pourrait susciter des questionnements et des craintes que vous pourriez devoir aborder avec lui. Si tel est le cas, rassurez-vous, il est parfois impossible de répondre à toutes les questions sur le vif.

2.    « Quoi dire et comment le dire? » 

Pour ce qui est du choix des mots, faites-vous confiance! C’est vous qui connaissez le mieux votre jeune. De toute façon, ce sont surtout les émotions présentes derrière les mots choisis qu’il captera. Misez sur l’honnêteté avant tout: le sentiment que vous ne lui avez pas tout dit pourrait blesser ou insécuriser votre jeune. Une première explication simple, honnête, concise, et, surtout, adaptée à l’âge développemental de votre jeune lui suffira. Par exemple, pour un jeune enfant dont le vocabulaire et le degré de compréhension sont encore limités, vous pourriez dire: «Papa a une maladie qui s’appelle le cancer. Cette maladie prend toute son énergie et pendant un certain temps, il aura moins de force pour faire ses tâches habituelles et pour jouer avec toi, même s’il t’aime très fort.»

3.    Observez pour approfondir

Puisque les jeunes traversent différents stades de développement, leur compréhension de la maladie ou de la mort évolue avec le temps. C’est en observant la réaction de votre jeune à la suite d’une première annonce brève et simplifiée que vous pourrez vous faire une idée de ce qu’il est capable de comprendre. Une autre façon d’y parvenir serait de questionner votre jeune sur ce qu’il a constaté dernièrement au sujet d’un proche et, ainsi, d’entamer la discussion sur la maladie en écoutant et en respectant les indices qu’il vous donne sur sa capacité de compréhension et d’assimilation.

4.    Chacun son rythme

Dans tous les cas, l’important est de respecter le rythme de votre jeune. Tout comme les adultes, les jeunes ont besoin de temps pour absorber une nouvelle information. Si le vôtre veut des renseignements additionnels au sujet de la maladie, il vous questionnera lorsqu’il sera prêt, que cela soit entre deux jeux, en revenant de l’école, à l’heure du souper ou en jouant à son jeu vidéo favori en ayant l’air «absent». Puis, au rythme de ses questionnements, discutez avec lui de ce que représentera la maladie au quotidien (la normalité des émotions; les changements de routine; l’adoption de nouveaux comportements étant donné les limites physiques et psychologiques liées à la maladie ou à l’environnement hospitalier; etc.).

Lorsque le jeune est bien accompagné dans une situation difficile, comme lors de l’annonce d’une maladie grave, le lien de confiance entre lui et ses parents (lien fondamental) est préservé. Le jeune, en confiance, peut donc continuer à se construire à même ses manques et ses ressources personnelles malgré la dure réalité qu’entraine une maladie grave.

Joindre un intervenant LigneParents
Téléphone : 1 800 361-5085  
Tous les thèmes LigneParents
Administration
© 2019 LigneParents Tous droits réservés.
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance: 136403649RR00001
Continuer la conversation