De la garderie au secondaire

Entrée à la garderie

 

Pour le parent

L’entrée à la garderie est une première séparation qui peut être difficile, mais c’est une étape de la vie. Et comme toute étape de la vie, elle demande un ajustement:

  • Allez-y au jour le jour.
  • Permettez-vous de vivre vos émotions.
  • Les premières journées, vous pouvez vous inquiéter et ne penser qu’à ça. Posez-vous les questions: est-ce que ces pensées m’aident? Qu’est-ce qui pourrait m’aider à mieux vivre ce moment?
  • Changez-vous les idées.
  • Rappelez-vous les signes qui montrent que votre enfant est prêt pour la garderie : vous l’avez déjà fait gardé et tout s’est globalement bien passé, tout se déroule bien quand il est avec d’autres personnes, etc.

Pour l'enfant

L’entrée à la garderie est un gros changement. Et comme tout gros changement, il peut susciter de nombreuses émotions, du stress et parfois de l’anxiété de séparation chez votre enfant. Cette étape se fait de manière graduelle : 1 h, 3 h, une journée complète… Des périodes de plus en plus longues qui permettent de rassurer l’enfant et de l’habituer petit à petit à un nouveau milieu.

Avant d’entrer à la garderie, votre enfant a besoin d’être sécurisé. Vous pouvez le préparer petit à petit, en mettant des mots et en lui expliquant le changement à venir. Ainsi, il entendra les mêmes mots souvent et cela créera une routine sécurisante pour lui. Lorsqu’il est un peu plus vieux, on peut détailler davantage les explications pour rassurer l’enfant: «Demain, on va prendre le déjeuner, se brosser les dents, marcher jusqu’à la garderie où tu vas rester un peu. Tu vas manger, faire dodo, puis maman reviendra te chercher.» Le concret et l’imagé vont souvent aider à rassurer l’enfant.

Matins difficiles

Il peut arriver que votre enfant refuse d’aller à la garderie et fasse une crise. Voici quelques trucs à essayer:

  • Valider son émotion, en montrant que vous comprenez ce qu’il ressent.
  • Utilisez la notion de temps qu’il comprend («après le dodo» plutôt que «à 16h «).
  • Sécurisez-le et rassurez-le, notamment sur vos sentiments qui restent inchangés.

Peut-être que vous devrez partir en laissant votre enfant pleurer. Peut-être que vous n’aurez pas la conscience tranquille. Parfois, vous répéter qu’un autre adulte va prendre le relai et que votre enfant n’aura certainement pas pleuré toute la journée quand vous irez le chercher pourrait vous apporter du réconfort.

Au retour, demandez à l’éducateur·trice ou à votre enfant ce qu’il·elle a fait et discutez-en avec lui·elle en insistant sur le positif. Vous pourrez ensuite vous servir de ces éléments positifs et les rappeler à votre enfant les matins de crise.

Plus de questions?

Joindre un intervenant LigneParents
Téléphone : 1 800 361-5085  
Tous les thèmes LigneParents
Administration
© 2019 LigneParents Tous droits réservés.
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance: 136403649RR00001
Continuer la conversation